An Unexpected Journey: The Story of Hawa Kamissoko

An Unexpected Journey: The Story of Hawa Kamissoko

We think that it only happens to others. We have compassion for these people, and then life goes on. We also think that it's only in movies that it happens, but unfortunately all social classes are affected.

Here is my story:

My parents sent me to France to study in the hope that I will make them proud. I don't know if they're proud of me today, but I know that I've fought a lot of armies to get where I am today. For 8 years, I lived at my uncle's house with his wife and children. At first, I got on well with his son, who was sociable in general and protective with his sisters. Let's call him Mr. B. For my part, there was no ambiguity, but didn't know he liked me.

July 21, 2016 was a critical day. As usual, everything had started well, it was a sunny day in Paris. So I planned to go out with my girlfriends. At 10 am, I woke up, showered, then got back to my room, and locked myself in to be more comfortable. While I was singing on Beyoncé's Halo, I suddenly saw someone arising from under the bed. I didn't have time to run away. He was faster than myself. My towel fell, and I was standing naked in front of my captor. I screamed. With his piercing gaze, I couldn't recognize him anymore. His face had no emotions. Without thinking, he threw himself on me. I fought as best as I could have, but he got the upper hand. I didn't give up, and used the little strength I had. The damage was done. It only took one second of his inattention for me to open the door. Then, I locked myself in the bathroom. Stained and hurt, I spent two hours locked up to recover from my emotions. This was a nightmare. I had just been raped.

I got out of the bathroom, got dressed very quickly with what I had without looking, en route for the hospital where I performed some exams, and it turned out that in fact it was a rape. The doctor recommended certain things, I nodded. I walked without knowing where I was going, and then decided to go to a park to think carefully and process what happened. What exactly happened? Why did he do that? What pleasure did he feel? Did he think of the consequences? What if someone else had done that to his sisters?

The only answer was an impulse. I'm going home.

I pretended to be fine, besides, nobody knew about it. I knew very well that I wouldn't receive any support. So I made some arrangements: started with changing of my mailing address, I wrote letters to the deputies and mayors explaining my situation. Finally, an association granted the change of address, where my mail would be sent to. Then, met a lawyer who advised to file a complaint. Unfortunately, I wasn't able to do so, as I feared retaliation. However, after the change of address, I was rarely home to avoid seeing him, I would get back at 10 PM, pray, and sleep.... but it was late at night that his madness would start.

He would knock on my door at around 4 AM becoming verbally abusive, and also send messages minimizing his act. He became very threatening. I never answered, but was scared. I kept some messages from him to which I remained stoic, never a response.

"Bummer sorry wallah I didn't know it would hurt you that much sorry there has been worse you never got angry"

"Sometimes I wanna talk to you but I don't know how and when if you don't want too bad for me I would have deserved it but I wanted you to know that I'm not proud that we aren't talking think about it I won't bother you anymore bye"

The damage is done, and unfortunately we cannot go back. One night, I decided to sleep at a hotel, and then at Aïcha's, a friend who hosted me, while I find an apartment. And finally one morning, I received a notification of approval for my housing application. I didn't tell them anything. I moved slowly. Let's note that there was no solidarity there, each of us handled our own problems. A month later, I told them that I had found an apartment. It was a big surprise for some, a disappointment for others,  because they did not expect it, but a big argument with the mother, who wouldn't speak to me and would belittle me at every opportunity.

I never met Mr. B again and heard from him since my move. I recently learned from an acquaintance that he was on crack. I try not to think that his debauchery is due to the consequences of his acts.

For my part, since I left their house, I'm serene. Life has resumed its course: my studies and work are progressing. Fortunately I work, it allows me a certain freedom and gives me peace of mind. I realized that as a result of the rape, I withdrew from others, experienced anxiety attacks, lost my hair and appetite until the day I started seeing a psychologist to talk about it. It was a long way for me, as I am reserved and discreet. I had to reveal and open myself.

This crime will forever be anchored in me, and I think my life has taken a different turn. I wonder what would have happened if I had not suffered these abuses. It is certain that I transformed all the negativity around me into strength and determination to change my living condition, especially in a city like Paris where everything is difficult for immigrants.

Hawa Kamissoko, Mali

Un Parcours Inattendu: L'histoire d'Hawa Kamissoko

On se dit que ça n’arrive qu’aux autres. On a juste de la compassion pour ces personnes la et puis la vie continue. On se dit également que ce n'est que dans les films que ça arrive, mais malheureusement toutes les classes sociales sont touchées.

Voici mon histoire:

Mes parents m’ont envoyé en France pour que je fasse mes études avec l’espoir que je les rende fières. Je ne sais pas s’ils sont fières de moi aujourd'hui, mais je sais avoir combattus beaucoup d’armées pour en arriver là. J'ai vécu pendant 8 ans chez mon oncle avec sa femme et ses enfants. Au début, je m'entendais bien avec son fils qui était sociable en général et protecteur avec ses sœurs. On l’appellera Monsieur B. Pour ma part, il n'y avait pas d'ambiguïté mais je ne savais pas qu'il avait des vues sur moi.

Le 21 juillet 2016 était une journée cruciale. Comme d’habitude, tout avait bien commencé, c'était une journée bien ensoleillée à Paris. Et j’avais donc prévus de sortir avec mes copines. À 10h je me réveille, direction la douche, ensuite je rentre dans ma chambre, et m’enferme pour pouvoir me mettre à l’aise. Je chantonne sur du Halo de Beyoncé et, soudain, je vois une personne surgir sous le lit. Je n’ai pas eu le temps de m’enfuir. Il a été plus rapide que moi. Ma serviette tombe et je me retrouve toute nue face à mon ravisseur. Je crie. Je ne le reconnaissais plus, il avait un regard perçant. Son visage n'avait plus d'émotions. Sans réfléchir, il se jette sur moi. Je me débats tant bien que mal, mais il prend le dessus. Je ne me laisse pas aller, et exploite le peu de force que j'avais. Le mal est fait. Il n'a suffit que d’une minute d’inattention de sa part pour que j'ouvre la porte et m'enfuis dans la salle de bain. Souillée et salis, j'y suis restée deux heures enfermée le temps de me remettre de mes émotions. Je pensais que c’était un cauchemar. Je venais de me faire violer.

Je sors de la salle de bain, m’habille très rapidement avec ce que j’ai sur la main sans pour autant regarder, direction l’hôpital où j'effectue pleins d’examens, et il s’avère que c’était bien un viol. Le médecin recommande de faire certaines démarches, j’acquiesce de la tête. Je marche sans savoir où aller et décide ensuite d’aller dans un parc pour bien réfléchir et me poser certaines questions. Que c'est-il passé exactement? Pourquoi a-t-il fait ça? Quelle plaisir a-t-il éprouvé? As-t-il pensé aux conséquences? Et si une tierce personne avait fait ça à ses sœurs?

La seule réponse était une pulsion. Je rentre à la maison. 

Je faisais semblant d'aller bien, d’ailleurs personne n’était au courant. Je savais pertinemment que l'on ne me défendrait pas. Donc je prends mes dispositions et commence par le changement d’adresse, j'écris des lettres aux députés et maires en expliquant ma situation. Finalement, une association a accordé le changement de domiciliation pour mon courrier. Je suis ensuite allée voir une juriste qui m’a conseillé de porter plainte. Malheureusement, je n’ai pas pu par peur de représailles. Toutefois, après ma démarche de changement d’adresse, je me faisais rare à la maison pour ne pas le voir. Je rentrais à 22h, faisais mes prières et dormais .... mais c’est au bout de la nuit que sa folie commençait. 

Il venait frapper à ma porte vers 4h du matin en m’insultant et m’envoyait également des messages en minimisant son acte. Il devenait très menaçant. Je ne répondais pas mais j’avais peur. J’ai gardé quelques messages de lui fassent auxquels je restais stoïque, aucune réponse de ma part.

« Gaf Escusse walla je savai pas que saller te faire mal à ce poin sorry y'a u pire que sa tu t jamai énerver mais bon Escusse. »

« Parfois jveu t'adresses la parole mais je c pas comment ou à quel moment ci tu veut pas aussi b1 tempi pour moi je l'aurai mérite mais je voulais just que tu sache que je suis pas fière du fait qu'on ce parle pas tu pour réfléchir là dessus aller jtembette plus slt »

Le mal est fait et malheureusement nous ne pouvons plus retourner en arrière. Un nuit, j'ai décidé d’aller dormir à l’hôtel, puis chez Aïcha, une copine qui m’a hébergé, le temps de trouver un appartement. Et finalement un beau matin, j'ai reçu une notification d’acceptation de mon dossier de logement. Je ne leur ai rien dis. J’ai emménagé tout doucement. Il faut aussi savoir que chez eux, il n'y avait de solidarité, à chacun ses problèmes. Un mois plus tard, je leur ai dit que j’avais trouvé un appartement. C'était une grosse surprise pour certains, une déception pour d’autres car ils ne s’y attendaient pas, mais une grosse dispute avec la mère qui ne m'adressait pas la parole et me rabaissait à chaque occasion.

Je n'ai plus jamais croisé Monsieur B et plus eu de ses nouvelles depuis mon déménagement. J'ai dernièrement appris par une connaissance qu’il prenait du crack. J'essaye de ne pas penser que sa vie de débauche est dû aux conséquences de ses actes.

Pour ma part, depuis que j’ai quitté chez eux, je suis sereine, la vie a repris son cours: mes études et le travail avancent. Heureusement que je travail d'ailleurs car ça me permet une certaine liberté et me change les idées. J'ai réalisé qu'à cause du viol, je me renfermais sur moi, faisais souvent des crises d’angoisses, perdais mes cheveux et l'appétit jusqu’au jour où j'ai commencé à voir une psychologue pour en parler. C’était un long chemin, moi qui suis réservée et discrète. J’étais obligée de me dévoiler et m'ouvrir.

Ce crime sera à jamais ancré en moi et je pense que ma vie a pris un autre tournant. Je me demande ce qui serait arrivé si je n'avais pas subi ces abus. C'est sûr que j'ai transformé toute la négativité qu'il y avait autour de moi en force et détermination pour changer ma condition de vie surtout dans une ville comme Paris où tout est difficile pour les immigrés.

Hawa Kamissoko, Mali

Shape of Things to Come: Jenna Krypell

Shape of Things to Come: Jenna Krypell

You Deserve An Evening of Pampering

You Deserve An Evening of Pampering